Classement de Shanghai: quelles sont les universités belges les plus réputées en 2023?

Si la Flandre mène toujours la danse en Belgique, les premières universités francophones ne sont pas si loin derrière.

Cérémonie de proclamation de l'ULB-VUB
Des étudiants de l’ULB et de la VUB lors de la cérémonie de proclamation, le 10 octobre 2022 devant l’hôtel de ville de Bruxelles ©BelgaImage

Harvard à la première place pour la 22ème année et les universités américaines toujours en tête de peloton dans le classement de Shanghai publié ce mardi. Celui-ci conforte la domination donc des universités américaines. Côté belge, l'UGent et la KU Leuven se maintiennent dans le top 100.

Nos dernières vidéos
La lecture de votre article continue ci-dessous

L'ULB arrive après l'UGent et la KU Leuven

Les établissements anglo-saxons s'imposent comme l'an dernier aux dix premières places: huit universités américaines (Harvard, Stanford, MIT, Berkeley, Princeton, Columbia, CalTech, Chicago) et deux britanniques (Cambridge, Oxford) occupent le haut de l'édition 2023 de ce classement mondial des meilleurs établissements d'enseignement supérieur, réalisé depuis 2003 par le cabinet indépendant Shanghai Ranking Consultancy. A la 15e place, l'université française de Paris-Saclay est le premier établissement de l'Europe continentale du classement, et gagne une place par rapport à l'édition 2022.

Deux universités belges font partie du top 100. L'UGent occupe la 83e place et la KU Leuven suit à la 85e. L'année dernière, l'Université de Gand occupait la 74e place. Louvain, 95e l'an dernier, gagne à nouveau du terrain. Comme l'année dernière, l'Université Libre de Bruxelles (ULB) se maintient entre la 101e et 150e place.

Depuis 2003, le classement de Shanghai prend en compte six critères, dont le nombre de Nobel et médailles Fields - considéré comme le Nobel des mathématiques - parmi les étudiants diplômés et professeurs, le nombre de chercheurs les plus cités dans leur discipline ou le nombre de publications dans les revues Science et Nature. Des critères, essentiellement fondés sur la recherche et pas sur la formation, qui alimentent une partie des critiques sur ce classement. Comme pour les éditions précédentes, plus de 2.500 établissements ont été examinés pour établir un classement des 1.000 premiers.

Débat
Sur le même sujet
Plus d'actualité