Gouvernement De Croo : 3 dossiers chauds pour la rentrée de la Vivaldi

Le gouvernement fédéral tiendra vendredi son premier conseil des ministres, précédé d'un comité ministériel restreint ("kern").

Le Premier ministre Alexander De Croo à la Chambre, le 20 juillet 2023
Le Premier ministre Alexander De Croo à la Chambre, le 20 juillet 2023 @BELGAIMAGE

Budget

Cette rentrée politique sera la dernière de la législature. Un exercice important attend l'équipe De Croo: la confection du budget 2024. Sans doute le dernier acte avant la campagne électorale et la présidence de l'Union européenne qui commence en janvier.

Nos dernières vidéos
La lecture de votre article continue ci-dessous

Après une législature marquée par la crise sanitaire et la crise énergétique qui a suivi le déclenchement de la guerre en Ukraine, l'heure est à la mise en ordre des comptes même si entre l'aile droite et l'aile gauche de la Vivaldi, les appréciations divergent sur l'ampleur de l'effort à réaliser et, plus encore, les moyens pour y parvenir: sabrer dans les dépenses d'un côté, augmenter les recettes, particulièrement auprès des plus fortunés, de l'autre.

La tâche a déjà été balisée en mars. La Vivaldi s'est accordée sur un ajustement budgétaire qui prévoit un effort net d'1,75 milliard d'euros pour 2023 et 2024. Le déficit devrait s'élever à 26,7 milliards d'euros à la fin de l'année -4,6% du PIB au lieu des 5,9% attendus.

 

 

Classiquement un accord est attendu d'ici le deuxième mardi d'octobre, date à laquelle le Premier ministre tient le traditionnel discours de politique fédérale. Il s'agira entre autres de réaffirmer la cohésion de son équipe, mise à mal avant les vacances par l'échec des longues négociations sur la réforme fiscale.

Les Verts ont déjà souhaité réinscrire ce sujet dans les discussions mais se sont heurtés à une fin de non-recevoir du Premier ministre.

Crise de l'asile

Un autre sujet s'est invité dans cette rentrée: la crise de l'accueil des demandeurs d'asile. Il occupe l'exécutif depuis deux ans et a déjà donné lieu à d'âpres débats ainsi qu'à l'annonce de mesures destinées à créer de nouvelles places et à en libérer d'autres sans, jusqu'à présent, permettre de résoudre cette crise persistante.

Pour éviter que, dans les semaines à venir, des familles avec enfants se retrouvent sur le carreau, la secrétaire d'État à l'Asile, Nicole de Moor, a annoncé que les hommes seuls demandeurs d'asile ne recevraient temporairement plus de place d'accueil.

 

 

La décision, non concertée, a suscité un tollé chez les écologistes et les socialistes. Le point figurera à l'ordre du jour du "kern" de vendredi.

L'approche des élections rend le sujet très sensible, particulièrement en Flandre où le Vlaams Belang se trouve en tête des intentions de vote.

La Vivaldi joue gros: au nord du pays, Vooruit excepté, les autres partis sont à la peine dans les sondages et une progression du "bloc nationaliste" (soit la N-VA et le VB, respectivement premier et deuxième partis flamands, dans l'opposition) sonnerait le glas de sa reconduction.

 

 

Réforme du code pénal

Outre le budget et la migration, le fédéral se penchera aussi sur la réforme du code pénal, portée par le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne. Validé en gouvernement, celle-ci peut entamer son parcours parlementaire. La loi de Petra De Sutter visant à améliorer les conditions de travail des livreurs de colis arrivera elle aussi en commission de la Chambre.

 

 

La première séance plénière est, elle, programmée le jeudi 21 septembre. Enfin, la réforme de la formation des policiers est annoncée ainsi que de nouvelles mesures visant à assurer l'approvisionnement énergétique du pays, notamment en matière de batteries.

 

 

 

Débat
Sur le même sujet
Plus d'actualité