Boris Johnson souhaite anoblir son père : "Pour quels services rendus ? C'est scandaleux"

Avant de démissionner, l'ancien Premier ministre britannique Boris Johnson a mis son père sur la "liste des honneurs".

Boris Johnson
© BelgaImage

L'ex-Premier ministre conservateur britannique, Boris Johnson, a demandé que son propre père, Stanley Johnson, soit anobli, a rapporté le quotidien The Times lundi, exaspérant l'opposition.

Nos dernières vidéos
La lecture de votre article continue ci-dessous

À leur départ de Downing Street, les chefs de gouvernement britanniques dressent une "liste d'honneurs", avec les noms des personnes qu'ils souhaitent voir anoblies. Cette liste est ensuite étudiée par un comité gouvernemental puis par Downing Street.

Une (très) longue liste

Selon The Times, la liste de Boris Johnson, poussé à la démission en septembre après une série de scandales, compte une centaine de noms. Elle serait ainsi bien plus longue que celles de ses prédécesseurs Theresa May et David Cameron, où figurait une soixantaine de personnes.

L'information, qui n'a été confirmée ni par l'entourage de Boris Johnson ni par le gouvernement, a alimenté les accusations de népotisme visant régulièrement le Parti conservateur au pouvoir et en particulier l'ex-dirigeant, dont la presse évoque régulièrement les velléités de retour au pouvoir.

Une présence qui choque

Elle a fortement irrité le chef de l'opposition travailliste Keir Starmer. "C'est ridicule", a-t-il dit sur la radio LBC. "Un ex-Premier ministre décerne des honneurs à son père - pour quels services rendus?" Avant d'ajouter: "C'est classique de la part d'un homme comme Johnson. Je crois que pour le public, c'est juste absolument scandaleux."

La présence dans cette liste de Stanley Johnson choque d'autant plus que, comme le mentionne The Times, celui-ci a été accusé de harcèlement sexuel et aussi de violences conjugales à l'encontre de la mère de Boris Johnson dans les années 1970. Cet ancien membre du Parlement européen, devenu pro-Brexit, a obtenu la nationalité française en mai 2022.

En 2020, Boris Johnson, alors Premier ministre, avait déjà nommé son frère Jo pour siéger à la Chambre des Lords, la chambre haute du Parlement britannique.

Débat
Sur le même sujet
Plus d'actualité