48e cérémonies des César : les favoris... et les oubliées

Le cinéma français se récompense pour la 48e fois, avec des Belges nominés… et une polémique.

La cérémonie des César 2023 ©BelgaImage
La cérémonie des César 2023 ©BelgaImage

Quel film succédera à Illusions perdues, quel réalisateur à Leos Carax et quelle actrice à Valérie Lemercier? Et Benoît Magimel réussira-t-il le doublé comme meilleur acteur grâce à Pacifiction, après sa statuette de l’an dernier pour De son vivant? Les verdicts tomberont ce soir, tout au long d’une soirée présidée par le comédien Tahar Rahim. Et sans maître de cérémonie, mais avec neuf acteurs et actrices pour assurer l’animation, dont Emmanuelle Devos, Leïla Bekhti, Jérôme ­Commandeur ou encore Alex Lutz.

Nos dernières vidéos
La lecture de votre article continue ci-dessous

En tête des nominations (11 fois), la comédie policière L’innocent, de Louis Garrel et le polar La nuit du 12, de Dominik Moll (10 fois). Comme souvent, quelques-uns de nos compatriotes seront de la partie à l’Olympia: Bouli Lanners, dans la catégorie meilleur second rôle pour La nuit du 12 (photo). Virginie Efira sera peut-être la meilleure actrice pour Revoir Paris, tandis que Close, de Lukas Dhont, concourt pour le meilleur film étranger, tout comme il le fera deux semaines plus tard à Hollywood, pour les Oscars.

Les réalisatrices, invisibilisées

Une fois de plus, le César de la meilleur réalisation ira donc à un réalisateur, aucune femme cinéaste n'ayant été nommée cette année. Et Tonie Marshall restera la seule réalisatrice de l'histoire du cinéma français à avoir été sacrée pour "Venus Beauté institut"... en 2000.

Une situation d'autant plus délicate pour l'Académie que, dans la catégorie "meilleur film", une seule réalisatrice a vu son oeuvre nommée, "Les Amandiers" de Valeria Bruni Tedeschi, et que la diversité est quasi absente des nominations.

Face à ce déséquilibre encore plus marqué cette année, quelques prix alternatifs décernés ces derniers jours tentent de se faire connaître.

Le 6e prix Alice Guy (du nom de la première cinéaste de l'histoire), décerné à la meilleure réalisatrice, a choisi d'honorer Alice Winocour pour "Revoir Paris" et son concurrent, le prix Cléopâtre, lancé cette année par le magazine français Causette, a été décerné à Alice Diop ("Saint Omer") et Rebecca Zlotowski ("Les enfants des autres").

 

Au-delà des prix, la cérémonie des César, retransmise sur BE en Belgique et sur Canal+ en France, une chaîne qui vient de réaffirmer qu'elle entendait garder sa place de financier majeur du cinéma français, doit une nouvelle fois faire la preuve de sa pertinence.

Une possible prise de parole ?

En plein mouvement social, la soirée sera probablement l'occasion d'une prise de parole sur la réforme des retraites. Mais la cérémonie 2021, où humour déplacé, entre-soi et récriminations des artistes ont créé le malaise, fait encore figure d'épouvantail.

Quant à l'audience, après avoir touché le fond l'an dernier avec 1,3 million de téléspectateurs, peut-elle creuser plus profond ?

Pour tenter de remonter la pente, la présidence de la soirée à l'Olympia a été confiée à Tahar Rahim et la présentation à une équipe collégiale de maîtres et maîtresses de cérémonie, d'Emmanuelle Devos à Eye Haïdara, en passant par Alex Lutz et Ahmed Sylla.

Un César d'honneur sera remis au réalisateur américain David Fincher ("Seven", "Fight Club", "The Social Network", pour l'ensemble de sa carrière.

48e cérémonie des César Inédit Vendredi 24 BE 1 21h00

Débat
Sur le même sujet
Plus d'actualité