6 pièces de théâtre à ne pas manquer à Bruxelles et en Wallonie

La saison théâtrale qui ouvre affiche de belles créations et démontre une plus grande circulation des spectacles sur les scènes francophones. Signe que le secteur se réorganise.

6 pièces de théâtre à ne pas manquer à Bruxelles et en Wallonie
La décision – Les enfants du monde à venir. © Prod.

L’impresario de Smyrne

Laurent Pelly livre sa version de L’impresario de Smyrne de Goldoni avec la soprano Natalie Dessay. Si le récit se déroule dans la Venise du XVIIIe siècle, la thématique explore tout ce qu’on est prêt à faire pour connaître la notoriété et la gloire - est d’actualité. Un événement présenté en Belgique avant de tourner en France.

Nos dernières vidéos
La lecture de votre article continue ci-dessous

Aula Magna, Louvain-la-Neuve, du 12 au 23/9.
Théâtre de Liège,
du 28 au 20/12.
Théâtre du Parc, Bruxelles, du 19/1 au 17/2/24 .

En train d’écrire le prochain

Il voulait faire une pause après le succès d’Au suivant pour se consacrer à d’autres types d’écriture. Alors qu’il a présenté son film sur Les Snuls en télé, Guillermo Guiz prépare En train d’écrire le prochain. On n’en sait pas plus… Il nous l’a promis: s’il n’arrive à pas à écrire ce spectacle, il nous présentera des recettes de cuisine.

En tournée du 7/10 au 17/2/24 dans une quinzaine de villes de Wallonie.
Ceria, Bruxelles, du 21 ou 24/2/24 et du 29/5 au 1/6/24. 

L’amour c’est pas pour du beurre

Éline Schumacher imagine un groupe de six ­personnes tentant de monter La nuit des rois de Shakespeare dans une salle de gym. Présenté comme une “comédie d’amour humaniste”, L’amour c’est pas pour du beurre parle de nos ­blessures à la tête, au corps et au cœur. Bref, de l’humanité que les mots des autres parviennent à révéler chez chacun d’entre nous. Ce qui est la magie propre au théâtre.

Les Tanneurs, Bruxelles, du 26/9 au 7/10.
Théâtre de Namur, du 11 au 14/10.
Le Manège, Mons, du 18 au 20/10.

© Prod.

Bellissima

La fascination qu’exercent l’art et le cinéma est au centre de la nouvelle création du dramaturge et metteur en scène Salvatore Calcagno. Il s’inspire ici librement de Bellisima, un magnifique film de Luchino Visconti sorti en 1951 avec la sublime Anna Magnani qui rêve de voir sa petite fille faire du cinéma et ne rencontre que l’indifférence... Selon Calcagno, l’histoire est celle de Sonia, une infirmière, qui vit avec ses enfants dans un quartier populaire et se rêve star de cinéma, une manière d’échapper à sa condition sociale et au déterminisme qui l’y maintient ­prisonnière. Ce rêve (ou ce piège?), elle le touche du doigt ­lorsqu’elle est convoquée à une audition…

Varia, Bruxelles, du 19 au 30/9.
Le Manège, Mons, du 11 au 13/10.
Théâtre de Liège, du 18 au 21/10.
Centre culturel, Ottignies, du 16 au 19/1/24.
Théâtre de Namur, du 3 au 6/4/24.

La décision - Les enfants du monde à venir

Une dystopie où l’humanité serait devenue aussi stérile que la planète qui a été asséchée par les changements climatiques, un monde qui serait le théâtre de notre extinction mais où il serait peut-être encore possible d’espérer et de bâtir un avenir. C’est le fil conducteur de ce spectacle où une dizaine d’enfants enfermés dans un bunker voient apparaître un surhomme détenant la mémoire de cette humanité en voie de disparition.

Théâtre National, Bruxelles, du 3 au 7/10. www.theatrenational.be
Théâtre de Namur, du 15 au 18/11. www.theatredenamur.be

Héritage

Si Jasmina Douieb tente un dialogue avec sa maman décédée dans Post Mortem (le spectacle sera créé au mois de décembre), Cédric Eeckhout n’y va pas quatre chemins pour dialoguer avec la sienne: il la met sur scène et il la met en scène! À 70 ans, Jo Libertiaux est dépositaire d’une histoire emblématique. Celle d’une femme, coiffeuse, qui a dû se construire dans un monde d’hommes, qui a divorcé au début des années 80, à une époque où ce type de décision stigmatisait les femmes. Une immense déclaration d’amour entre une mère et le plus jeune de ses fils.

Théâtre de Liège, du 13 au 21/10.
Les Tanneurs, Bruxelles, du 6 au 15/12. www.lestanneurs.be

La diversité passe par le théâtre

Pour la deuxième année consécutive, le Théâtre de Namur développe, avec le ­Centre Théâtre et Publics, un projet permettant à des jeunes entre 17 et 26 ans de préparer les épreuves d’admission de cinq écoles supérieures d’art dramatique, quelles que soient leur origine et leur situation financière. Une manière de favoriser la diversité dans un milieu où subsistent encore des freins.

C’est souvent le même profil qui se présente aux épreuves d’admission des écoles supérieures, explique Virginie Demilier, directrice du Théâtre de Namur, des jeunes qui sont déjà sensibilisés aux arts de la parole et au théâtre. L’idée, c’est de faire entrer une forme de diversité dans ces écoles pour qu’elle puisse s’exprimer ensuite sur les plateaux. On a orienté la classe prépa vers les jeunes précarisés. Il faut développer ce genre de dispositifs facilitateurs, pas seulement dans le théâtre. C’est un levier pour une jeunesse qui se sent l’envie de rentrer dans un conservatoire mais qui est freinée par une situation sociale et des stéréotypes.” Après une première année où neuf étudiantes ont bénéficié de cette classe prépa gratuite, les inscriptions sont ouvertes pour l’année 2023-24.

Infos: www.laclasseprepa.be

Débat
Sur le même sujet
Plus d'actualité